Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tour de France 2015 - les favoris

Publié le par Bullomaniak

Nairo Quintana

S'il ne fallait dégager qu'un nom, ce serait sans doute celui de Nairo Quintana. Tout indique que c'est son année. Deuxième du Tour 2013, vainqueur du Giro 2014, une victoire au Tour ne serait qu'une suite logique dans sa carrière. Le parcours est taillé pour lui, son équipe est ultra-solide et le Colombien est maître dans l'art du placement, jamais piégé, jamais à contre-temps, il est peu probable qu'il perde du temps en première semaine et ses performances sur les Flandriennes ont montré qu'il était capable d'appréhender les pavés. Il s'est parfaitement préparé, il a la plus grosse performance de ce début de saison (Tirreno) et rien ne semble pouvoir entraver son sacre. Seule faiblesse : une appréhension dans les descentes. Bien peu au vu de l'orgie d'arrivées au sommet proposée par ASO.

Alberto Contador

En 2011, intouchable sur le Giro, il marquait le coup sur le Tour. Son pari aura pour l'instant été bien mieux tenu cette année, et Contador aborde la Grande Boucle dans de bonnes conditions. Mais, la question qui se pose, plus que l'enchaînement des deux courses, est de savoir si l'Espagnol est encore le meilleur grimpeur de ce peloton. Selon ses affirmations d'avant-Tour l'an dernier, peut être, mais cela fait un moment que Contador n'a pas été intouchable en montagne et qu'un Quintana ou Froome offrent plus de certitudes. L'étape des pavés est également un passage qui s'annonce difficile. Heureusement, le parcours se prête à l'offensive, avec une dernière semaine plus décousue que les décevantes Pyrénées de l'édition 2014, et le retard de Contador au général ne sera sans doute jamais définitif.

Vincenzo Nibali

Tenant du titre, Vincenzo Nibali répète le schéma déjà vu l'an dernier. A la limite on oserait dire qu'il a été un poil plus rassurant. On l'a vu à l’œuvre sur les Ardennaises, on l'a vu faire un numéro sur l'étape de Villard-de-Lans au Dauphiné, et là où l'an dernier il semblait physiquement trop juste, reste cette impression que Nibali n'a pas voulu aller au bout de lui-même sur les récentes arrivées au sommet. On peut estimer que lui et son équipe seront aussi forts qu'en 2014. La première semaine sur des routes de classiques est totalement à son avantage, et la présence de quelques descentes intéressantes (Allos en premier lieu), pourront lui servir de moyen de pression sur ses adversaires. Un peu trop souvent oublié et sous-estimé, l'Italien est pourtant une valeur sûre depuis deux ans qu'il ne faudra en aucun cas négliger, et capable de prendre la course en main là où on ne l'attend pas.

Christopher Froome

Le Dauphiné a pleinement rassuré sur la puissance de Froome dans une arrivée au sommet. Son plus grand danger reste la première semaine, lui qui récemment a chuté lors de la Flèche Wallonne. En puissance pure, il est au-dessus. Sauf que le Tour a assez peu de chrono cette année et que la dernière semaine est plus compliquée à gérer qu'un enchaînement classique de courses de côtes, et l'on sait comment Froome est tout de suite plus accessible dans une étape plus débridée. Son équipe est surpuissante mais tout comme lui régulièrement faillible. L'amener dans les meilleures conditions jusqu'aux Pyrénées sera nécessaire, voire qu'il y prenne le maillot jaune. Difficile de croire qu'un Froome distancé au général tentera autre chose qu'un affrontement à la régulière, et on a pu voir sur la dernière Vuelta combien cette tactique était inefficace.

Commenter cet article