Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tour de France 2015 - les outsiders

Publié le par Bullomaniak

Thibaut Pinot

Tout au long de l'année Thibaut Pinot s'est imposé comme l'outsider n°1 derrière le Big Four. Sa victoire en costaud à Champex devant Froome, Quintana et Nibali et sa maîtrise parfaite lors de l'unique arrivée au sommet du Tour de Suisse ont rassuré quand à sa capacité à passer l'échelon supérieur, tant en terme physique que mental. Pinot est véritablement devenu un patron du peloton international, et c'est le seul coureur à avoir battu les quatre favoris au moins une fois cette année. On ne sait pas trop si sa progression l’amènera au niveau des favoris en montagne, mais il est sûr que son goût de l'offensive sera certainement un élément perturbateur. Son Tour de Suisse a rassuré quand à sa capacité à passer la première semaine, et les progrès de la FDJ sur le contre-la-montre par équipes devrait lui permettre de limiter les dégâts. Ne restera qu'à surprendre son monde, pour, peut être, un très gros coup.

Joaquim Rodriguez

Même si un déclin peut être envisagé, il est intéressant de voir comment les gens ont oublié que Joaquim Rodriguez a été le coureur le fort plus de la dernière semaine du Tour 2013. Le parcours enchaînant les arrivées en bosse, le retour des bonifications, tout semble concorder vers un parcours taillé à sa mesure (les pavés exceptés sans doute, mais entouré de Paolini ça devrait le faire). Si Purito est aussi surpuissant en montagne qu'il a pu l'être en 2012 et 2013, les favoris auront de quoi s'inquiéter. Reste que Joaquim Rodriguez a une certaine incapacité à mettre la balle au fond, et pêche dans la conclusion de ses courses. Un doublé Giro/Vuelta s'offrait à lui en 2012 ? Son attitude trop attentiste l'aura laissé à portée d'adversaires qui ne se seront pas gênés pour le piéger. En outsider, peu évoqué, un peu oublié, c'est peut être là la grande chance d'un Joaquim Rodriguez en quête d'une apothéose à sa carrière.

Tejay Van Garderen

Principal adversaire de Froome sur le Dauphiné, en progression constante, longtemps en lice pour le podium du Tour 2014, il ne fait aucun doute que Tejay Van Garderen sera dans le coup. Reste qu'il n'est le meilleur nulle part, et s'il est particulièrement polyvalent le faible kilométrage de contre-la-montre n'est pas à son avantage. Néanmoins, il est peu probable qu'il se contente d'une énième cinquième place, et son équipe semble toute désignée pour l'aider à tenter une course différente, plus offensive, plus débridée. Il est probable qu'il sorte excellemment bien placé au soir du contre-la-montre par équipes, et le reste de la course, s'il l'emploie à une course d'attaque, peut en faire un prétendant plus que sérieux à la victoire.

Romain Bardet

Sa victoire à Pra Loup a donné le ton. Pas forcément le meilleur en montagne, mais de l'intelligence en course et la capacité à sauter sur l'occasion. Plus solide sur le Dauphiné que l'an dernier, et ce malgré une chute, entouré d'une équipe de très bon niveau et d'un Vuillermoz aux limites inconnues, Romain Bardet est le prototype du coureur qui peut piéger l'ensemble des favoris sur une étape accidentée, sur un col anodin, sur une descente technique... bref, un peu partout. Sur le papier un top 5 serait un signe de progression, mais un coureur aussi ambitieux aura du mal de se contenter d'un aussi simple accessit. Si un coup tordu part, Romain Bardet pourra être dedans. Il devra sans doute compenser avec du temps perdu sur le chrono par équipes mais son habitude des classiques devrait le servir sur le reste de la première semaine. Ne restera plus qu'à entamer la course-poursuite vers les sommets.

Commenter cet article